Comment construire un leadership au féminin

En un clin d'œil

On ne peut que constater l’immense déficit de femmes dans les sphères dirigeantes, qu’elles soient politiques ou socio-économiques. La femme aurait-elle un gène la rendant allergique au pouvoir ? On pourrait le croire si ce n’était tout simplement idiot…

Comment construire un leadership au féminin ?

Pourquoi ce déficit de femmes dirigeantes

Les raisons de l’absence de femmes dirigeantes sont largement mises au jour depuis des décennies :

  1. Un monde du travail et un monde politique construits et dirigés depuis des siècles par des hommes avec des codes masculins : par exemple, la « culture des longues heures » qui fait que les réseaux se construisent après les heures officielles, au moment où les femmes s’occupent du bain et des devoirs.
  2. Le rôle de l’éducation qui amène dès le plus jeune âge les garçons à se tourner vers des projets d’études puis professionnels engagés et porteurs d’évolution et les filles vers des métiers tournées vers le « care ». Ce qui amène à une « genrisation » des études puis des métiers avec, on le constate toujours, une moindre valorisation des métiers féminins.
  3. L’éducation est également au cœur du rapport à la légitimité. Autant les petits garçons puis les hommes se sentent d’emblée légitime, autant les filles puis les femmes ont besoin d’être ultra compétentes pour « mériter » une promotion par exemple. Le « syndrome de la bonne élève » est féminin et source d’une auto-censure trop répandue.
  4. L’impossible conciliation vie privée- vie professionnelle puisque ce sont toujours sur les femmes que reposent l’essentiel des tâches ménagères (72 % en 2018°) comme le montrent avec une remarquable constance les études de l’INSEE. Le congés maternité, les temps partiels sont autant d’avantages qui se retournent contre les femmes qui s’en sont saisis car cela freine ou anéantit tout projet de carrière.
  5. Cet impératif de la « double journée » explique aussi le déficit de réseaux des femmes qui ratent ainsi bien des occasions, mais comment faire quand il faut être à un afterwork alors qu’il faut récupérer Arthur à la crèche et emmener Lila au judo ?

Les pistes classiques pour développer le leadership féminin

On peut citer :

1/ L’importance d’avoir des femmes « rôles modèles « , c’est-à-dire dirigeantes et /ou élues politiques qui prendraient le temps de témoigner sur leur parcours, leurs défis, leurs difficultés aussi

2/ Une éducation non-genrée qui commence par une prise de conscience des attitudes et des comportements différenciés selon le sexe des enfants.

3/ Des quotas car c’est souvent le seul moyen de faire vraiment avancer les choses

4/ Des congés paternels aussi longs que ceux des femmes et surtout vraiment pris ! Seule cette mesure permettra une vulnérabilité identique entre femmes et hommes dans le monde du travail.

5/ Un travail sur les horaires : pas de réunions stratégiques avant 9h00 ou après 17h00 par exemple.

C’est donc en m’appuyant sur tous ces constats et analyses, que je propose une petite méthode pour avancer sur ce chemin escarpé de l’égalité.

La méthode LEADER

L comme Lâcher prise               Il est essentiel que les femmes sachent être imparfaites et admettent que tout ne peut pas être sous contrôle. Ce qu’elles ont en règle générale beaucoup de mal à faire.

E comme s’Exposer                     On manque de femmes qui prennent la parole dans les medias, qui font l’opinion. Les femmes doivent accepter de témoigner, de communiquer leur expertise, leurs opinions, sans censure.

A comme s’Assumer                  On demande trop souvent aux femmes d’adopter des codes masculins quand elles veulent prendre des responsabilités. Au lieu d’imiter les hommes, il faut assumer sa féminité, ses choix de vie privée …

D comme Déléguer                     Apprendre à faire confiance et laisser d’autres prendre la main sur des sujets tant professionnels que personnels sans vouloir faire « à la place de ».

E comme (faire de l’) Entrisme  S’imposer, noyauter, prendre les places là où il y a du pouvoir ou de l’influence, sans se poser de question.

R comme Rallier                          Profiter de sa place pour permettre à d’autres femmes d’intégrer des entreprises, d’avoir des promotions … Jouer la carte de la « sororité » !

Eh bien maintenant : il n’y a plus qu’à !

D’autres articles en lien avec l’égalité femmes-hommes et le leadership au féminin

Comment construire un leadership au féminin

L’invisibilisation des femmes dans les sphères du pouvoir ou l’effet Mathilda

Le syndrome de la bonne élève comme handicap pour les femmes au travail

Le syndrome “bee queen” des femmes au pouvoir

Quelle stratégie pour construire l’égalité femmes-hommes en entreprise ?