Être un leader inclusif

En un clin d'œil

Être un leader inclusif est devenu incontournable. Comment incarner cette conviction ? Comment la traduire dans son management ?

Qui est le leader inclusif ? 

C’est un homme ou une femme qui développe son leadership sur une conviction profonde que toutes les personnes sont différentes, qu’elles ont toutes des talents mais qu’elles n’ont pas à le prouver ou à en faire une performance.

L’inclusion exprime l’engagement.

La différence n’est plus une question, l’inclusion est indifférente à la différence. Dans l’inclusion, la diversité n’a plus à être défendue. C’est une donnée.

Le leader inclusif s’inscrit dans le paradigme du « tu es qui tu es » !

Dans sa vision, personne n’est « trop » ou « pas assez » quelque chose : trop vieux, trop jeune, trop gros, pas assez qualifié, trop belle, pas assez stylé etc etc …

Le leader inclusif va au-delà des apparences, il (elle) cherche dans chacun-e ce qu’il peut apporter au projet commun, et il l’aide à développer ses talents.

Le leadership inclusif est une innovation managériale

La véritable innovation est l’innovation managériale, celle qui touche aux comportements et à l’humain. Car cette innovation n’est pas copiable et permet de toujours garder un temps d’avance dans un monde en pleine accélération comme le montre très bien la pyramide de Hamel (ci-dessous).

source : Hame, G., La fin du management, Vuibert, 2008

Avec un leadership inclusif, on observe une transformation du référentiel managérial. J’ai vu dans une grande entreprise l’ajout d’une dimension intitulée « Manager, diriger avec générosité » qui s’applique désormais à égalité d’importance avec les dimensions de créativité, d’efficacité économique, de pilotage des équipes et des projets, de leadership.

Même si ce n’est pas la règle de conduite adoptée par tous, par sa présence-même, cette affirmation «ringardise» le comportement de ceux qui la dénient.

Le leadership inclusif est un leadership réflexif

Une seconde innovation réside dans la posture réflexive acquise grâce à un management inclusif (lien). Le questionnement qu’il impose sur ses propres préjugés, ses stéréotypes, ses relations à l’altérité fait que cela devient une posture-réflexe. Or, la réflexivité est une des compétences douces les plus attendues dans ce monde du travail en mutation constante.

Le leadership inclusif est un leadership plus collaboratif

Un troisième exemple d’innovation est la mise en place de nouvelles relations de travail fondées sur des modes collaboratifs, moins tournées vers le statut que vers la compétence. Le  « CO » devient le maître mot, le CO-training ou apprentissage par les pairs, le CO working ou le partage intelligent et apprenant d’espaces de travail. On évolue vers de équipes agiles correspondant mieux aux nouvelles configurations organisationnelles.

Le leadership inclusif est un asset de l’identité de l’entreprise

On observe que de plus en plus d’entreprises ont choisi l’intégration de l’inclusion dans leur entité organisationnelle. On peut citer plusieurs signatures d’entreprises. : « Be distinctive » à l’EM Strasbourg, « Vous avant tout » Clarins, « Parce que je le vaux bien » L’Oréal, « Faites comme vous voulez » Old El Paso, « Différent sur toute la ligne » Thalys, « Think different » Apple,  « BE YOU » …

C’est un signal fort vis-à-vis des parties prenantes, internes et externes.

Le leadership inclusif est un leadership responsable

Dans un monde hypertechnologique, l’hypothèse fondamentale d’un leadership inclusif est de parier sur l’humain. C’est aussi s’inscrire dans un management responsable au sens d’un management éthique et respectueux de l’environnement.

L’inclusion est une des clés de la responsabilité sociétale du dirigeant d’entreprise.

Source : « Manager la diversité : de la lutte contre les discriminations au leadership inclusif”